Rechercher

La nature nous fait du bien

Auteur : Laurence Marie

Voici un article de juillet 202, rédigé pour la Newsletter du Réseau d'aide à la Parentalité de l'Aveyron auprès duquel je suis maintenant référencée.

Je peux ainsi intervenir auprès des centres sociaux qui peuvent être, en fonction du projet, financés par la CAF si l'atelier est en lien avec la parentalité.


Nous avons tous déjà pu ressentir que l’on se sentait détendu après une marche en forêt, en marchant à notre rythme.

Ces ressentis sont à présent démontrés par de nombreuses études : se promener dans la nature permet de se reposer l’esprit, améliore l’humeur, la confiance en soi et diminue le stress. On sait maintenant que la nature est importante pour notre santé, physique et mentale, et surtout, celle de nos enfants.

Parmi ces études, l’une a mis en avant un nouveau syndrôme, celui du manque de nature.

Le syndrome du manque de nature, a été décrit par Richard Louv dans son livre paru en 2005, Le dernier enfant des bois. L’auteur qui s’appuie sur des études sociologiques, démontre que les enfants passent aujourd’hui beaucoup moins de temps à jouer en plein air qu’il y a vingt ou trente ans. Cette sédentarité provoque chez eux des troubles majeurs de la santé dont un des plus connus est l’obésité.

Richard Louv va plus loin dans son constat lorsqu’il démontre, que les enfants se dépensent beaucoup plus lorsqu’on les laisse jouer librement dans la nature.

Les enfants ont cette capacité à inventer leurs jeux. Faisons leur confiance et laissons-les plus jouer dehors, en pleine nature !


S’émerveiller, être au contact des éléments

Dès qu’ils sont tous petits, donnons aux enfants des occasions de s’émerveiller devant la beauté naturelle des paysages, qu’ils puissent admirer un champ en fleurs, un paysage vallonné ou un ruisseau guilleret. La contemplation peut également avoir lieu en ville dans un parc arboré ou devant un massif de fleurs. Ces instants sont essentiels pour nous tous, ils offrent une pause et permettent de se reconnecter à ce qu’il y a de vivant en nous.

Mettre les enfants en contact direct avec les éléments leur permet de grandir, de développer leur intelligence et de mieux comprendre le monde. Même petits, ils peuvent supporter la pluie, patauger dans la boue ou observer la mer déchaînée. L’immersion dans la nature stimule les sens et développe chez eux des sentiments basés sur la liberté et la confiance.

Liberté et confiance

En laissant son enfant escalader des rochers ou grimper aux branches d’un arbre, on lui donne l’occasion d’expérimenter ses capacités physiques, de prendre possession de son corps ce qui lui permet petit à petit de ressentir de la liberté et de l’autonomie.

Dans les écoles de la forêt au Danemark on nourrit l’idée que si on fait confiance aux enfants, ils s’auto-responsabiliseront et seront prudents. On ne note d’ailleurs, quasiment aucun accident dans ces écoles où les enfants manient aussi bien la scie que le couteau et côtoient les rivières et les mares.

Créer dans la nature : une manière de se relier à soi

Mettez un enfant sur une plage au sable mouillé et il va spontanément créer en faisant des traces, en creusant, en sculptant ou en empilant. La nature offre un terrain d’apprentissage presque infini. Elle permet d’expérimenter la notion d’éphémère et de se familiariser avec les cycles et ainsi aborder des thèmes essentiels comme la vie et la mort.

Lorsque l’on pratique le land art (créations dans la nature), on crée avec ce que l’on a sous la main, des cailloux, des bouts de bois ramassés, de la mousse et peut-être des fleurs, on ne ramène pas son « œuvre ». On la laisse sur place, on apprend le détachement, le sens de l’adapatation avec les formes des éléments naturels qui ne sont pas standards, le lâcher-prise, la stimulation sensorielle, la coopération en participant à des œuvres collectives, la débrouillardise, le contact avec soi, l’humilité face aux éléments et à la météo, l’accueil du calme, de la contemplation et du vide.

Des ateliers nature pour les parents proposés par Laurence Marie:

  • Apprendre à reconnaître quelques plantes sauvages simples et les utiliser dans le quotidien

  • Pratiquer le land art en créant dans et avec la nature : l’occasion de stimuler la créativité de votre enfant (et la vôtre) et de passer un bon moment avec eux

  • Découvrir un milieu naturel de manière sensorielle (balade spontanée basée sur les sens)

  • Prendre un bain ou une douche de forêt (découvrir ce milieu en prenant bien le temps et en laissant émerger tous les ressentis, apprendre à découvrir les arbres, créer avec les éléments)

  • Créer, dessiner à partir d’encres végétales et de fleurs, fabriquer son fusain

  • Apprendre à faire des limonades, des sirops et de la pâtisserie avec des fleurs et plantes sauvages

Pour en savoir plus sur les activités proposées

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout